Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Musiques et Danses Country 2 ( et fin ) Episode 7

Publié le

Musiques et Danses Country 2 ( et fin ) Episode 7

 

 

 

  Vous pouvez arrêter la musique

en cliquant sur Stop si elle vous gêne .
 

 

 

2897229397 small 1

 

 

 

 

 Un passé récent  ... 

  

                        Période faste, s'il en est, que cette première partie du 20ème siècle, dans l'évolution des danses « Lindy Hop, Jitterbug, Boogie Woogie, Jive, Méringué ». Venant des États-Unis, apportés par les soldats et les nouvelles transmissions, de plus en plus de danses inédites, aux accents de 'Swing' de 'Boogie' de 'Blues' et de 'Jazz' firent leur entrée en Europe dans les bals populaires. Mais c'est incontestablement, dès les années 1950, issu du « Be-Bop », que le « Rock 'N Roll » va prendre, pour longtemps, la première place, que ne détrôneront pas les autres danses, comme le « Twist ou le Hully Gully ».


                        En Europe une danse va faire connaître, indirectement, le style « Danse Country » en 1962. Parce qu'elle se danse en ligne, parce qu'elle se danse en groupe, parce qu'elle offre cette convivialité, cet esprit de communion entre les danseurs qui exécutent au même rythme les mêmes pas : il s'agit du « Madison ». Le très grand succès de cette danse, à la chorégraphie simple mais précise s'est confirmé depuis, dans toutes les manifestations dansantes, quand un air de style country était joué. Le film « West Side Story » a largement contribué à sa diffusion. C'est d'autant plus étonnant dans un contexte marqué par une évolution des danses d'expression 'individualiste' tels que « Jerk, Reggae, Pop » où le danseur évolue seul au gré de son inspiration, sans chorégraphie précise.


                         Dans les années 1980, dans les quartiers populaires naît le « Break Dance », danse très acrobatique, exécutée en solitaire au milieu d'un groupe, au rythme de la « Hip Hop », musique très cadencée. La musique n'a cessé d'évoluer, l'homme ne cessera d'inventer de nouvelles danses.


                          C'est dans ce contexte pourtant mouvementé que la « Danse Country », loin de disparaître a su maintenir sa spécificité au point de connaître un net regain, notamment en « Belgique, Allemagne et Royaume-Unis » qui sont parmi les nations les plus dynamiques aujourd'hui.

 

 

Neuvième partie


La danse country

La renaissance...


                                     Tout simplement, n'en déplaise aux puristes, la « Danse Country » a su réussir l'intégration des accents nouveaux à travers son histoire, et loin de rester figé, ce loisir a incorporé les spécificités des nouvelles danses, poursuivant ainsi son évolution. Le « West Coast Swing, Boogie, Cha Cha, East Coast Swing », tous ces styles viennent complémenter les 'Classiques' et sa diversité. Les danses « en ligne, de couple et de partenaires » deviennent alors garantes de son succès.

                            Au Québec, c'est à la fin des années 1980 et début des années 1990 que la « Danse Country » fait son apparition. Les états du Sud et de l'Ouest américain attirent de plus en plus le tourisme de chez nous, tous à la recherche de nouveautés et surtout venus faire le plein de soleil. Plusieurs y découvrent ce style de musique que l'on appelle « Country », interprété soit par des groupes ou bien des individus et sur lequel de nombreuses personnes démontrent leur talent de danseurs sur une chorégraphie bien établie. Ils découvrent alors cette forme d' art que l'on appelle « Danse Country ».

                            Ils en reviendront emballés et prêts à tout pour satisfaire leur curiosité et aussi leur appétit. Pour ce faire, plusieurs n'hésiteront pas à faire des voyages outre frontière à tous les mois, allant même jusqu'à Nashville pour y apprendre les toutes dernières chorégraphies. Une tendance vient de naître, et par le fait même une demande est créée. On voit dès lors apparaître les premières écoles de « Danse Country » au Québec.


                            Nous en sommes également aux premières années des « Festivals Country ». Certes, quelques-uns roulent leur bosse depuis déjà un certain temps. Mais un phénomène nouveau apparaît vers les années 1992. Pour combler les intermissions lors des spectacles, on commence à y diffuser de la « Musique Country », mais pas n'importe laquelle, celle de nos voisins du Sud. Le succès est instantané, les planchers de danse se remplissent, en grande partie bien sûr de débutants, mais n'était-ce pas là un moyen de faire connaître ce nouveau style de danse.

                             Plusieurs peuvent certainement revendiquer l'apparition sinon la naissance de la « Danse Country » au Québec, mais peu sont ceux qui étaient en mesure de prédire son évolution, telle que nous la connaissons aujourd'hui; un mouvement qui n'aura de cesse de s'accentuer. Les années qui suivront verront naître un courant sans précédent.

                              Dans la même veine, on ne peut en dire autant pour ce qui est des nombreux bars avec salles de danse qui voient le jour. Leur longévité est plus qu'éphémère. Trop peu trop tard, la « Danse Country » n'a pas encore atteint cette maturité qui règne chez nos voisins du sud. Le nombre d'adeptes ne permet pas de maintenir toutes ces salles en vie. Certains rivaliseront d'ingéniosité, allant même à faire venir des artistes de la chanson country des États-Unis. Les années qui suivront verront s'éteindre, un après l'autre, une grande partie de ces bars, au profit des salles de danse que nous connaissons aujourd'hui.
Aujourd'hui...

                              Après une évolution remarquable, difficile de dire à combien se chiffre le nombre d'écoles de « Danse Country » au Québec. Encore-là, rien ne vient recenser cette évolution de plus d'une décennie. Les plus audacieux vous diront que ce nombre se situe à près de 300 écoles. Difficile à croire ! Il serait illusoire de prétendre détenir la vérité sur le nombre exact d'écoles qui ont pignon sur rue, malgré qu'il est plus probable que ce chiffre se situe aux environs de 200.

                                Aujourd'hui, le nombre d'adeptes de la « Danse Country » se chiffre par milliers, pour ne pas dire par dizaines de milliers. Cette vague qui déferle sur nous voit naître annuellement plusieurs centaines de nouveaux adeptes et en voit aussi malheureusement disparaître. Ce courant suit indéniablement la même courbe de progression que celle des écoles de danse. Nous pouvons appeler cela le jeu de l'offre et de la demande.
La nette augmentation du nombre de festivals country au cours des dernières années a certainement permis de faire évoluer encore plus la « Danse Country ». Un effet « boule de neige » a été créé.

                                 Du petit nombre qu'ils étaient au début des années 1990, ce nombre a été multiplié pour ainsi dire par dix. On décèle certes l'appât du gain pour certains; pour d'autres, on y voit plus une bonne source de financement pour des œuvres diverses. Qu'à cela ne tienne, aujourd'hui la grande majorité d'entre ces festivals font leur part annuellement pour promouvoir la « Danse Country », en érigeant un chapiteau dédié spécifiquement à ce style de danse. De nombreuses écoles profitent d'ailleurs de cette fenêtre extraordinaire pour faire la promotion de leurs cours et soirées et ainsi montrer au public en général, ce grand plaisir qu'est ce loisir.


                                Depuis quelques années, on voit naître des festivals dédiés particulièrement à la « Danse Country ». Sans doute un besoin qui se faisait sentir, ne serait-ce que de par les coûts d'admission demandés par les festivals conventionnels. Est-ce une riposte? L'avenir nous le dira. Il est encore trop tôt pour évaluer toutes les répercussions qu'auront ces festivals nouveau genre vis-à-vis ceux qui sont bien établis. Mais à première vue, le cheminement semble bien enclenché, puisqu'on peut facilement multiplier ce nombre par 2 annuellement.
                                 Les « Ateliers, Workshops, Méga, 12 heures » auront eux aussi permis en grande partie cette évolution fulgurante. Avec une diffusion innovatrice, où l'on y dévoile de nouvelles danses chorégraphiées par des gens du Québec, mais aussi d'ailleurs, on a créé cet engouement, que de nombreux professeurs mais aussi et surtout bon nombre d'adeptes de la « Danse Country » au Québec recherchaient.

                                 Que dire de nos chorégraphes québécois, si ce n'est qu'au début des années 1990, la grande majorité des chorégraphies enseignées nous provenaient, soient des États-Unis, d'Angleterre, d'Europe ou du Canada anglais. Ce ne sera que quelques années plus tard que nous verrons apparaître les premières chorégraphies conçues par des gens d'ici.                         
 
                                  On peut dès lors compter les chorégraphes du Québec sur les doigts d'une seule main. Pourtant, ils sont bien là. Du petit nombre qu'ils étaient au début, ils n'auront de cesse d'augmenter, suivant ainsi cette courbe vers la hausse qui touche les écoles de danse et par le fait même, les danseurs. De nos jours, plus de 50% des danses enseignées sont le fruit de chorégraphes québécois. Un succès sans précédent, si l'on considère que bon nombre de ces chorégraphies ont dépassé nos frontières.


                                  Les salles de danse sont maintenant roi et maître. Aujourd'hui, pratiquement chaque salle de danse a son école attitrée. La guerre que se faisaient les bars au début des années 1990 a maintenant fait place à des points de rencontre où les danseurs socialisent tout en pratiquant les nouveautés enseignées. Le bon voisinage est de mise et tous en tirent un avantage certain.

                                  Dans un autre contexte, la « Danse Country » a su s'adapter à un autre élément de taille. Cet élément s'appelle l'Internet. Si cette dernière en est rendue là où elle est aujourd'hui, c'est aussi en grande partie grâce à l'Internet. Ce qui était long et fastidieux au début est devenu tellement plus facile. D'un simple toucher, il est possible maintenant d'obtenir une foule de renseignements sur tout ce qui concerne la « Danse Country ».
 
                                   Les écoles de danse se sont elles aussi mises à la page. Qui n'a pas son adresse Internet aujourd'hui. La venue, au cours des dernières années, de 'sites' spécialisés en « Danse Country » a aussi grandement contribué à l'évolution de la danse comme telle, mais surtout à celle du danseur. Toujours soucieux d'approfondir ses connaissances 'l'Internaute danseur' peut y retrouver toutes sortes d'informations dans le but de mieux se renseigner et par le fait-même être aidé à faire un choix des plus judicieux. Personne ne peut en douter; l'Internet aura encore son mot à dire dans l'évolution de la « Danse Country » pour plusieurs années...

 

Ci-dessous quelques feuilles de danse

( Explication des pas )  

   

Atomic Polka 

 

Better Life

 
  Good Blessed Texas 

 

etc etc..... Lorsque vous vous inscrivez dans un Club, vous apprenez 30 / 35 fiches dans l'Année environ !

Et ce, tous les Ans !!! au bout de 10 Ans, vous connaissez entre 300 / 400 danses selon le rytme des Clubs .

D'où l'intérêt d'être très concentré et bien retenir les pas et d'avoir l'oreille musicale .

 

(   Les Fiches de Danses sont ici  )

 

 

Conclusion...


      Je termine en espérant vous en avoir appris un peu plus sur la « Musique Country ».

 

Son histoire est bien présenté et personne ne peut l'ignorer. En ce qui atrait à la « Danse Country », son passé est beaucoup plus récent que l'on ne saurait le croire. Sa courte histoire est maintenant écrite, la suite reste à venir.

 

Nul doute que nous y serons pour quelque chose dans cinq ans... dix ans... qui sait...

 

.

2897236571 144